15 49.0138 8.38624 1 1 3600 1 https://lesminisdemarc.fr 300 true 0
theme-sticky-logo-alt
Bugatti 57SC 1:18 solido

La Bugatti Atlantic 57SC par Solido au 1:18ème – L’expression même de l’élégance, présentation

Il est de ces fabricants et surtout certains modèles qui possèdent une véritable aura, un design unique autant sportif qu’élégant et beaucoup de ces véhicules datent d’avant-guerre ou chaque fabricant redoublait d’ingéniosité afin de proposer des véhicules toujours plus luxueux ou pour vous vendre la parfaite base à faire personnaliser par votre propre carrossier, et l’un des leaders était bien Bugatti.
C’est donc un modèle légendaire et à l’historique passionnant que nous propose une fois encore Solido avec la reproduction de la Bugatti Atlantic 57SC au 1:18ème.
Présentation.

Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido

C’est donc l’un des monument de l’automobile Française, mais reconnue du monde entier, que nous propose Solido avec la sublime reproduction de la Bugatti Atlantic 57 SC au 1:18ème.
Un choix très judicieux de la part de Solido, car les seules reproductions disponibles jusqu’à lors étaient loin d’être à la portée de toutes les bourses.

Une voiture au look typiquement d’avant-guerre et à l’allure folle, mais également l’une des voitures les plus rare du monde (et atteignant des sommes aux enchères, littéralement stratosphériques) et surtout à l’historique des plus passionnant car nous pourrions vraiment nous croire dans un roman noir avec la fameuse disparition de la “Voiture Noire“.
Avant de passer en revue notre 1:18ème, arrêtons nous donc quelques instants sur l’historique passionnant de cette sculpturale Atlantic.

Bugatti 57SC 1:18 solido
Bugatti 57SC 1:18 solido

Présentée au Salon de Paris 1933, la Bugatti de type 57 fut entièrement imaginée par Jean Bugatti (fils d’Ettore Bugatti) qui souhaita dès le début des années 30′, moderniser la stratégie de vente et de production de la firme de luxe.

Il décida donc de créer un modèle de base, à partir duquel plusieurs variantes et déclinaisons serait disponible directement chez Bugatti ou en achetant un ensemble châssis/moteur nu et le faire personnaliser par son propre carrossier.
C’est ainsi que n’acquit la Type 57 avec l’ambition d’en faire à la fois un modèle de série, mais également une base de course parfaite.
De nombreuses déclinaisons verront le jour, et toutes celles sortant directement de chez Bugatti porteront le nom d’un col de montagne célèbre, l’Atalante pour le coupé et la Stelvio pour le cabriolet, mais aussi la Galibier pour la berline ou encore la version deux portes Ventoux.

La base Type 57 sera tout simplement la version la plus produite de toute l’histoire de Bugatti avec entre 800 et 1000 modèles (le nombre exact n’étant pas réellement connu, même encore aujourd’hui) entre 1934 et jusqu’en 1940.

Mais celle qui nous intéresse le plus et donc la fameuse déclinaison Atlantic, qui portera donc le nom de S puis de SC à partir du second modèle ( S pour surbaisser et C pour compresseur).
Avec sa carrosserie au design bien spécifique, l’Atlantic fit sensation dès sa présentation, et avec ses faux airs de voiture interminable elle ne mesure en réalité qu’un peu moins de 4m !
Le design imaginé par Jean Bugatti dispose de proportions parfaites et elle est, déjà à l’époque, considérée comme une véritable œuvre d’art.
Chacun des quatre modèles est unique, car disposant de petits détails qui les différencient (même s’il n’en reste officiellement que 3, nous allons y venir).

Pour le moteur, l’Atlantic 57 SC n’est pas en reste pour l’époque avec un moteur huit cylindres en ligne de 3.3L de cylindrée et développant 200ch pour les versions dotées du compresseur, ce qui lui permettait d’atteindre aisément les 200km/h, une prouesse pour l’époque.

Quatre exemplaires furent construits, mais seulement trois furent proposés à des clients.
La première fut destinée en 1936 au banquier Victor Rothschild, elle fut la seule à sortir sans compresseur de l’usine, mais il fut ajouté plus tard. Elle arborait une teinte bleue-gris et porte le numéro de châssis #57374.
Elle est aujourd’hui la propriété de Mr Peter Mullin qui l’a acquise en 2010 pour un montant estimé entre 30 et 40 millions de dollars ! Elle est visible au musée Mullin Automotive Museum qui se situe à Oxnard en Californie non loin de Los Angeles.

En Octobre de la même année, fut livré le troisième exemplaire de l’Atlantic 57 SC, portant le numéro #57473 et destiné à Jacques Holzschuh qui la revendit quelque temps plus tard.
Malheureusement, le second propriétaire périt lors d’un accident ou il resta coincé sur un passage à niveaux avec L’Atlantic qui fut quasiment entièrement détruite.
Plusieurs dizaines d’années plus tard les quelques pièces restantes furent rassemblées afin d’entreprendre une reconstruction ainsi qu’une restauration complète, mais sans le moteur original.

La dernière construite fut la propriété de l’avocat britannique Richard Pope qui en prit livraison en Mai 1938 sous le numéro de châssis #57591.
Elle est aujourd’hui celle qui est considérée comme la plus originale et appartenant aujourd’hui encore au couturier Ralph Lauren.

Ce qui sonne comme un roman d’aventure est l’histoire du second exemplaire construit de l’Atlantic 57 SC, numéro de châssis #57453, qui appartenait à Mr Jean Bugatti lui-même.
Il la trouvait tellement élégante qu’il l’avait surnommée “La Voiture Noire” et strictement personne n’était autorisé à s’asseoir derrière son volant hormis quelques amis très proche.
Elle était celle qui était présente sur les salons et mise en avant sur les brochures de la marque, mais, à la grande différence des trois autres modèles que l’on connaît et qui sont toujours visible aujourd’hui, celle-ci a disparue.
En 1940, lors de la Seconde Guerre Mondiale et à l’approche des troupes allemandes, Jean Bugatti décida d’envoyer sa Voiture Noire en train de Molsheim en direction de Bordeaux pour la mettre en lieu sûr. Malheureusement une fois sur le train ce ne fut pas un au revoir, mais un adieu, car elle disparu tout simplement et plus personne n’en entendra parler.
Vol, disparition.. Cette disparition reste l’un des plus grands mystères de l’automobile ! Certains crient au complot et imaginent une histoire montée de toute pièce, mais Bugatti investi réellement chaque année à la recherche de la disparue.
Les experts automobiles s’accordent à dire que si elle revenait à faire surface un jour, peu importe l’état dans lequel elle se trouverait, elle dépasserait facilement les 100 millions d’Euros !

Un historique passionnant que j’espère vous avoir résumé sans vous ennuyer, mais qui contribue à l’attraction de cette sublime Bugatti, même en version miniature.
D’ailleurs, revenons à la présentation de notre version 1:18ème.

Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido

C’est donc avec joie que nous retrouvons une nouvelle version de la Bugatti Atlantic 57 SC par Solido au 1:18ème, mais cette fois-ci dans un sublime coloris bleu et, en édition limitée à 1000 exemplaires !
Mon choix s’est donc portée sur cette reproduction dans une superbe livrée bleu qui lui va à ravir (même si la fameuse version noire était elle aussi d’une élégance folle) et il est temps de la passer en revue.

Cette reproduction est vraiment d’une rare beauté pour un modèle dans une gamme tarifaire au alentour d’une quarantaine d’euros, car jusqu’à maintenant la plupart des belles reproductions de Bugatti Atlantic étaient réservées à des fabricants plutôt haut de gamme avec des prix qui étaient loin d’être à la portée des bourses des collectionneurs “lambda” (rien de péjoratif bien au contraire, simplement, tout le monde n’a pas les moyens de mettre entre 200 et 400eu pour une 1:18ème).

Le moule reste le même que sur les autres coloris et représente donc une Atlantic avec les feux avant carénés en chrome et non pas la version avec phare avant intégré aux ailes.
Le moule est réellement réussi et on retrouve la ligne très élancée et sculpturale, elle est également art déco dans ses formes et Solido à parfaitement su retranscrire le travail de carrosserie avec sa collerette et le détail du travail de rivetage.
Les formes sont fidèles aux modèles échelles 1, et on retrouve les deux portières ouvrantes qui s’intègrent parfaitement au profil.
Aucune fausse note si ce n’est un léger bémol sur mon modèle, la fâcheuse manie que les portières on, à ne pas vouloir resté fermées ! Même sur mon étagère immobile, je retrouvais les portières entrouvertes !

Passons en revue chaque partie un peu plus en détails.

Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido

La face avant de cette Bugatti Atlantic en impose !
La grande calandre ovoïde est plutôt finement réalisée même si elle n’est pas réellement ajourée, elle le laisserait croire.
Elle est surmontée du célèbre blason de la maison Bugatti qui est parfaitement reproduit ainsi que les chromes entourant la calandre et les carénages de phares.

La peinture est très belle et sans défauts sur l’ensemble de la carrosserie, les ailes avant avec leurs différentes formes sont plutôt réalistes et joliment reproduites.
Le détail de la collerette de capot où se trouve la charnière est finement reproduit même si malheureusement pas d’ouvrant à ce niveau.
Les grilles du capot moteur sont également joliment reproduites en trompe l’œil, et chaque détail est reproduit (attaches du capot, trappes d’aérations, etc) tout cela dans un souci du détail très satisfaisant.

Le long capot rejoint le pare-brise scindé en deux parties ou est reproduit d’une part l’entourage chromé et d’une autre part, les deux petits essuie-glaces.

Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido

Le profil est tout simplement sublime, elle parait longue et interminable, et pourtant c’était une voiture aux dimensions relativement contenue puisqu’elle mesurait moins de 4m de longueur.
Les détails ne sont pas nombreux car les lignes de la voiture sont tout simplement pure et sans fioritures !

Le long capot, l’inclinaison du pare-brise et enfin ce bosselage de pavillon qui ensuite plonge vers l’arrière, sublime !
Solido a parfaitement reproduit les proportions de la version échelle 1, les ailes arrières sont ici reproduites sans caches roues, mais disposent de leurs bavettes en aluminium.
Le clou du spectacle et sans nul doute les portières, que Solido a pris le soin de reproduire ouvrantes (ce qui est un plus pour l’intérieur également, mais nous allons y venir plus tard), avec leur ouverture antagoniste, elles sont le point d’attraction central du profil de cette Atlantic.
Elles s’ouvrent grâce à un véritable système de charnière reprenant le design du système original qui est apparent, et le soin apporté se ressent jusqu’au détail de la découpe dans le pavillon pour la portière afin de faciliter l’accès à l’habitacle.

Les grandes vitres latérales laissent entrer assez de luminosité dans l’habitacle même avec les portières closes et les jantes ne sont pas les fameuses jantes à rayons, mais celle disposant du gros enjoliveur reprenant le coloris carrosserie.

Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido

L’arrière tout en courbes de la 57 SC est également très beau car très épuré, on retrouve la double lunette arrière, qui je suppose, devait offrir une rétrovison exécrable, mais avec un look sublime.
La fameuse crête, au-delà de son aspect esthétique, était surtout la seule solution technique, car la volonté d’innovation de Jean Bugatti l’avait poussé à utiliser un nouvel alliage, l’élektron, un alliage novateur composé à 90% de magnésium et 10% d’aluminium. Très résistant et léger, il avait pour seul inconvénient l’impossibilité d’être soudé et la seule solution trouvée fut cette fameuse “crête” qui permettait un assemblage des panneaux par rivetage.

La fameuse crête est assez réaliste avec les petits rivets qui se laissent distinguer, mais pour moi l’arrière est la seule partie qui manque légèrement de finesse d’exécution, principalement au niveau du cercle qui représente la partie ouvrante ou est censé se situer la roue de secours, un petit effort supplémentaire aurait était encore mieux, mais il ne faut pas trop en demander non plus.
Seul élément apparent, le bouchon de remplissage du réservoir côté conducteur et en partie basse, l’une des parties les plus légendaire de cette Bugatti Atlantic, les fameuses six sorties d’échappement ! Fines et toutes réunies ensemble, elles me font penser au tuyau d’un grand orgue pour lequel nous attendons d’entendre la douce symphonie du huit cylindres !
Un détail à ne pas manquer que Solido a mis un point d’orgue à reproduire.

Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido
Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido

L’intérieur n’est pas en reste puisque les deux portières ouvrantes nous donnent accès à un intérieur raffiné et à la finition irréprochable pour une miniature de ce tarif !

Solido à poussé au maximum les efforts sur l’intérieur de cette Bugatti et cela se ressens immédiatement.
On retrouve les deux gros sièges au style de canapé moelleux derrière lesquels se trouve un petit emplacement pour déposer sac de voyage ou autres.
Les contre-portes disposent de l’entourage de vitrage en bois, matière que l’on retrouve également sur toute la planche de bord ainsi que le volant et le pommeau de levier de vitesse.
La planche de bord est joliment reproduite avec tout ses compteurs et indicateurs, et chaque petit bouton et sélecteur est à sa place.
Le grand volant se pare de chrome et la colonne de direction bien droite part directement en direction du moteur. Un sublime intérieur.

Bien que française, le volant se trouve à droite, certains se demandent peut-être pourquoi ? Tout simplement car les voitures à cette époque (entre 1910 et 1930 plus particulièrement) étaient généralement équipées de la conduite à droite, surtout sur les modèles et constructeur haut de gamme pour une raison de commodité et de galanterie, les hommes conduisaient et les femmes montaient côté gauche, afin de pouvoir descendre et monter directement à partir du trottoir et ne pas à avoir à mettre leurs souliers délicats sur la route qui souvent à l’époque tenait plus du chemin boueux même dans les grandes villes.

Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido
Bugatti atlantic 57SC 1:18 solido

Mon point final:

Pas vraiment une nouveauté, mais plutôt un nouveau coloris et pourtant, je pense qu’il était grand temps de vous présenter cette beauté, car oui, sans hésitation cette Bugatti Atlantic est vraiment à mes yeux un must-have pour les amateurs de belles carrosseries classiques et de véhicules historiques mythique ou tout simplement pour les amoureux de la marque Bugatti.

Je trouve que le travail effectué par Solido sur la réalisation de ce modèle est époustouflant pour le tarif proposé (et je vous le dis ce ne sera pas la seule, restez bien attentif car un autre must have devrait arriver bientôt en présentation, également chez Solido, mais d’un autre type).
La ligne générale, la qualité de la peinture ou encore le soin apporté aux détails et aux portières à ouverture antagoniste sont autant de points qui en font pour moi l’une des meilleures reproductions du marché !

Les réalisations de l’Atlantic par CMC ou encore la version Autoart Signature sont des pièces de musée à des prix que la plupart des collectionneurs ne peuvent pas se permettre et c’est ce qui me pousse à penser que très sincèrement, cette reproduction par Solido et celle proposant le meilleur rapport qualité/prix et je ne peux que vous la recommander.

Encore une sublime réalisation de la part de Solido qui a mis la barre très haute cette année avec des modèles toujours plus intéressants et au rapport qualité/prix/finitions imbattable.

Si cette miniature vous intéresse les amis, vous pouvez la retrouver sous la référence:

  • Bugatti Type 57 SC Atlantic T35 BlueSolido – 1:18ème – Réf: S1802104

Quant à moi les amis, j’espère que cette présentation vous aura plu car ce fut un plaisir pour moi de vous la présenter.
Je me permets également de vous souhaiter a tous de joyeuses fêtes et un joyeux noël et ne vous inquiétez pas, LesMinisDeMarc seront là avec de nouvelles présentations même durant les fêtes !

loading spinner
Partagez l'article sur :
< ARTICLE précédent
La Ford Fiesta XR2 MKI au 1:18ème – La première d’une longue lignée de Fiesta au tempérament de feu. Présentation
ARTICLE Suivant >
La Lexus LC500 arrivera au 1:43ème chez Kyosho en 2021

1 Votre Commentaire :

  • 14 janvier 2021 à 6 h 32 min
    Dany

    Très bel article sur l’histoire de la Bugatti Atlantic 57SC. Perso, je ne connaissais pas ce modèle, mais j’avoue qu’il a vraiment de l’allure ! Sur ce, bonne journée à vous.

    loading spinner
    RÉPONDRE

POSTEZ VOTRE RÉPONSE